Élections professionnelles CSE : le mode d’emploi

Les élections professionnelles permettent aux salariés des entreprises concernées d’élire leurs représentants du personnel au sein du CSE. Déterminantes, les élections du CSE obéissent à des règles précises définies par le Code du travail et doivent donc se dérouler selon certaines étapes.

Avec la mise en place du comité social et économique depuis le 1er janvier 2020, les élections professionnelles sont obligatoires dans toutes les entreprises de plus de 11 salariés. Elles permettent aux salariés d’élire la délégation du personnel qui constituera cette unique instance représentative du personnel, qui a fusionné et remplacé les anciennes instances (CE, DP et CHSCT).

Que faut-il savoir sur les élections professionnelles et quelles sont les règles applicables aux élections du CSE ?

Sommaire du guide

Les élections professionnelles des membres du CSE

La mise en place du CSE et le calcul des effectifs

Les règles relatives aux élections professionnelles ont changé du fait de la mise en place du comité social et économique. Selon l’article L2314-4 du Code du travail :

« Lorsque le seuil de onze salariés a été franchi dans les conditions prévues au deuxième alinéa de l'article L. 2311-2, l'employeur informe le personnel tous les quatre ans de l'organisation des élections par tout moyen permettant de conférer date certaine à cette information. Le document diffusé précise la date envisagée pour le premier tour. Celui-ci doit se tenir, au plus tard, le quatre-vingt-dixième jour suivant la diffusion. »

Comment s'effectue le calcul de l'effectif de l'entreprise pour savoir si un CSE doit être mise en place ? Le Code du Travail prévoit les modalités de calcul des effectifs pour la mise en place du CSE, et donc l'obligation d'organiser des élections professionnelles, aux articles L. 1111-2 et L. 1251-54. Il faut d'abord calculer le nombre d'équivalents temps plein (ou ETP) dans l'entreprise ayant été présent sur les 12 derniers mois consécutifs. Pour calculer le nombre d'équivalents temps plein dans l'entreprise il faut prendre en compte l'ensemble des salariés suivant : 

  • les salariés en CDI à temps plein et les travailleurs à domicile, qui sont intégralement pris en compte dans le calcul, y compris s'ils sont en période d'essai ou en arrêt maladie ;
  • les salariés en CDD, les salariés en contrat intermittent, les salariés mis à disposition par une entreprise extérieur présent dans les locaux de l'entreprise et y travaillant depuis au moins un an, les salariés temporaires, qui sont pris en compte au prorata de leur temps de présence dans l'entreprise sur les 12 derniers mois ;
  • les salariés à temps partiel, quelle que soit la nature de leur contrat de travail, qui sont pris en compte par le calcul de leur temps de présence horaires prévus dans leur contrat de travail divisé par la durée légale ou conventionnelle du travail dans l'entreprise.

Les salariés en CDD, temporaires ou mis à disposition par une entreprise extérieure ne sont pas pris en compte dans l'effectif lorsqu'ils remplacent un autre salarié absent ou dont le contrat de travail est suspendu (exemple dans le cas d'un congé maternité). 

Tous les autres types de salariés dans l'entreprise, comme les apprentis ou les titulaires d'un contrat avenir, ne sont pas pris en compte dans le calcul des équivalents temps plein pour le calcul des effectifs de l'entreprise. 

Les conséquences en l'absence d'élections professionnelles

Quelles sont les conséquences en l'absence d'élections professionnelles obligatoires au CSE ?

Le CSE a remplacé les anciennes instances représentatives du personnel, comme les DP, le CE, le CHSCT, voire la DUP quand elle existait.


La mise en place du CSE est obligatoire dans toutes les entreprises d'au moins 11 salariés depuis le 1ᵉʳ janvier 2020.

Élus, connaissez-vous les conséquences en l'absence d'élections professionnelles obligatoires au CSE ? L'absence d'élections professionnelles pour désigner les membres constituant la délégation du personnel au CSE a des conséquences à différents niveaux et peut être associée à plusieurs sanctions : 

  • CONSÉQUENCES GÉNÉRALES : inopposabilité du règlement intérieur, impossibilité de conclure un accord collectif, impossibilité de dénoncer un usage ou un engagement unilatéral, remise en cause des exonérations sociales et fiscales de l'intéressement collectif  ;
  • CONSÉQUENCES SUR LES LICENCIEMENTS : licenciement disciplinaire avec conseil de discipline devient sans cause réelle et sérieuse, licenciement pour inaptitude d'origine professionnelle devient nul, licenciement pour motif économique devient irrégulier ;
  • SANCTIONS PRUD'HOMALES : dommages et intérêts accordés au salarié privé d'une impossibilité de représentation et de défense de ses intérêts ;
  • SANCTIONS PÉNALES : 1 an d'emprisonnement et 7 500 euros d'amende au maximum (délit d'entrave).

L’organisation des élections du CSE est donc impérative. Trois points sont importants à bien maitriser concernant les élections professionnelles : les conditions de vote, les conditions pour être candidat et l’organisation des élections par l’employeur.

    NOS RECOMMANDATIONS

  • Rigueur dans les modalités d'organisation des élections : élus, sachez relever un manquement aux dispositions du Code du travail à l'employeur. 
  • Respect de la confidentialité des élections
  • Bonne répartition des tâches de chacun afin qu'il n'y ait pas d'erreur dans les collèges (collège "cadres", "ouvriers et employés", etc).
  • Respecter les étapes de mises en œuvre des élections et le calendrier électoral dédié à l'entreprise.

Les conditions pour voter et être élu lors des élections professionnelles du CSE

Voter aux élections du CSE

Les notions d’électeur et d’éligibilité ne doivent pas être confondues. Sont électeurs les salariés de l’entreprise qui peuvent voter lors des élections professionnelles et sont éligibles les salariés qui peuvent se présenter sur les listes pour être élus à ces mêmes élections du CSE. 

Selon l’article L2314-18 du Code du travail, peuvent voter aux élections du CSE, « les salariés des deux sexes, âgés de seize ans révolus, travaillant depuis trois mois au moins dans l'entreprise et n'ayant fait l'objet d'aucune interdiction, déchéance ou incapacité relative à leurs droits civiques ».

Droit de vote du président du comité d'entreprise

Tous les salariés peuvent voter aux élections professionnelles excepté l'employeur. Si l'entreprise disposait d'un comité d'entreprise avant la mise en place du CSE au 1er janvier 2020, la présidence de celui-ci était assuré par l'employeur, seul membre non élu du CE. Il ne peut donc voter aux élections.

Être candidat aux élections professionnelles

Selon l’article L2314-19 du Code du travail, sont éligibles aux élections professionnelles, « les électeurs âgés de dix-huit ans révolus, et travaillant dans l'entreprise depuis un an au moins, à l'exception des conjoints, partenaires d'un pacte civil de solidarité, concubins, ascendants, descendants, frères, sœurs et alliés au même degré de l'employeur ». L’alinéa 2 prévoit pour les salariés travaillant à temps partiel simultanément dans plus plusieurs entreprises qu’ils sont éligibles uniquement dans l'une de ces entreprises.

Ainsi les critères d'éligibilité aux élections professionnelles reposent sur plusieurs conditions :

  • condition d'âge : avoir plus de 18 ans 
  • condition d'ancienneté : travailler dans l'entreprise depuis plus d'un an 
  • condition d'absence de lien familial avec l'employeur : le salarié ne peut être le conjoint ou avoir un lien de parenté avec l'employeur

Il est important enfin de noter qu'aucune condition liée au contrat de travail du salarié n'existe pour être éligible aux élections du CSE. Ainsi si les conditions précédentes sont remplies, le salarié est éligible qu'il soit en contrat à durée indéterminée ou déterminée, à temps plein ou à temps partiel.

Il est prévu des dispositions particulières pour les entreprises de travail temporaire et de portage salarial aux articles L2314-20 à L2314-25 du Code du travail.

Présentation des listes aux élections du CSE

Si un salarié répond aux règles d'éligibilité imposées par le Code du Travail et détaillées à l'instant, il peut se présenter aux élections du CSE.

Avant la tenue des élections professionnelles, l'employeur doit informer les salariés de l'entreprise. L'information faite aux salariés contient la précision que tout salarié répondant aux règles d'éligibilité peut se présenter aux élections et détaille le processus électoral. Celui-ci est associé à un calendrier électoral, avec notamment l'indication de la date du 1ᵉʳ tour, qui doit avoir lieu 90 jours après la diffusion de cette même information. En effet les élections du CSE se font en 2 tours.

Le 1ᵉʳ tour est réservé aux listes constituées par les organisations syndicales. Elles sont donc composées de salariés de l'entreprise, mais qui ne peuvent donc pas librement se présenter et doivent être adhérents à ces organisations syndicales.

À noter : les organisations syndicales doivent remplir certains critères pour pouvoir présenter la liste de leurs candidats aux élections professionnelles de l'entreprise :

  • elles doivent être constituées depuis au moins 2 ans ;
  • elles doivent remplir les critères de respect des valeurs républicaines et d'indépendance ;
  • elles doivent agir dans le champ professionnel et géographique de l'entreprise concernée.

Lettre de candidature au CSE

Au 1ᵉʳ tour les électeurs ne pourront voter que pour les candidats présentés dans ces listes composées par les organisations syndicales. 

Si à l'issue du 1ᵉʳ tour le quorum n'est pas atteint, alors un 2ᵈ tour doit être organisé. Le 2ᵈ tour est ouvert à tous les salariés éligibles de l'entreprise. Le salarié qui souhaite se présenter aux élections professionnelles devra donc déposer sa candidature auprès de l'employeur,  pour qu'il inscrive le salarié sur la liste électorale. 

Le Code du Travail ne prévoit pas les modalités précises pour le dépôt des candidatures au CSE. Le protocole d'accord préélectoral, négocié avant la tenue des élections et détaillant toutes leurs modalités, peut donc le prévoir. Cela peut s'effectuer par une lettre de candidature au CSE remise à l'employeur sous diverses formes : remise en main propre, avec accusé réception ou par mail. 

La lettre doit contenir les informations suivantes :

  • l'identité du salarié
  • la précision de la candidature au poste de titulaire ou de suppléant
  • le collège du salarié avec la mention de la fonction occupée dans l'entreprise.

Besoin d'une formation ? Billetterie ? Compte rendu ?

Gratuit & Rapide

Exemple de lettre de candidature au CSE


Exemple de lettre de candidature pour une liste validée par une organisation syndicale au 1ᵉʳ tour des élections professionnelles


Expéditeur : organisation syndicale

Destinataire : employeur


Objet : Déclaration des candidatures à l'élection du CSE

Madame, Monsieur,

J’ai l’honneur de vous communiquer ci-après la liste des candidats présentés par notre organisation syndicale pour la prochaine élection des membres de la délégation du personnel au Comité social et économique.

Candidats [nom de l'organisation syndicale] pour le CSE :

Premier collège [nom du collège] :

Titulaires :

1. Monsieur/Madame [nom et prénom]

2. Monsieur/Madame [nom et prénom]

3. Monsieur/Madame [nom et prénom]

Suppléants :

1. Monsieur/Madame [nom et prénom]

2. Monsieur/Madame [nom et prénom]

3. Monsieur/Madame [nom et prénom]

Deuxième collège [nom du collège]

Titulaires :

1. Monsieur/Madame [nom et prénom]

2. Monsieur/Madame [nom et prénom]

3. Monsieur/Madame [nom et prénom]

4. Monsieur/Madame [nom et prénom]

Suppléants :

1. Monsieur/Madame [nom et prénom]

2. Monsieur/Madame [nom et prénom]

3. Monsieur/Madame [nom et prénom]

4. Monsieur/Madame [nom et prénom]

Troisième collège [nom du collège]

Titulaires :

1. Monsieur/Madame [nom et prénom]

2. Monsieur/Madame [nom et prénom]

Suppléants :

1. Monsieur/Madame [nom et prénom]

2. Monsieur/Madame [nom et prénom]

J’adresse un double de la présente à Madame/Monsieur [nom de l'inspecteur du travail en charge].

Veuillez agréer l’expression de mes sincères salutations.


  • Exemple de lettre de candidature pour un candidat libre au 2ᵈ tour des élections professionnelles

Expéditeur : salarié

Destinataire : employeur


Objet : candidature à l'élection de la délégation du personnel du CSE

Madame, Monsieur,

J'ai été informé de l'organisation des élections professionnelles du comité social et économique dont le premier tour a lieu le [date].

En l'absence de l'atteinte du quorum à l'issue de ce premier tour, le second tour aura lieu le [date].

Salarié de l'entreprise depuis plus d'un an, je suis actuellement [poste] et rempli l'ensemble des conditions d'éligibilité fixées à l'article L2314-19 du Code du Travail pour me présenter au second tour des élections professionnel hors liste syndicale. 

Je vous informe par la présente de ma candidature au siège de [titulaire ou suppléant] pour le collège [nom du collège concerné].

Je vous remercie de la prise en compte de ma candidature et de la porter sur les listes électorales. 

Veuillez agréer l’expression de mes sincères salutations.

La profession de foi pour le CSE

En plus de sa lettre de candidature le candidat aux élections du CSE peut rédiger une profession de foi. Cela permettra aux salariés électeurs de connaitre les raisons pour lesquelles le candidat souhaite être membre de la délégation du personnel.  

Bien qu'elle ne soit pas obligatoire pour l'organisation des élections professionnelles, la profession de foi permet de convaincre les électeurs de voter pour un candidat. Elle permet de présenter chaque candidat d'une liste et de donner un aperçu aux électeurs des convictions et des projets de chaque candidat en tant que futur membre du CSE de l'entreprise. 

La profession de foi peut être rédigée par l'ensemble des candidats d'une même liste, que celle-ci soit constituée par une organisation syndicale au 1ᵉʳ tour ou librement au 2ᵈ tour. Il s'agit d'une feuille de route listant les volontés et projets de discussion des futurs représentants du personnel. 

Souvent négligée par les candidats dans les petites entreprises, la profession de foi est un véritable outil pour convaincre et engager les électeurs de l'entreprise aux élections professionnelles du CSE. Elle est aussi la première action de communication et de prise de contact entre un candidat et les salariés de l'entreprise. Si le candidat devient élu du CSE, il aura besoin de continuer cette prise de contact avec les salariés pour comprendre les sujets de discussion à aborder lors des réunions du CSE

Les règles essentielles à connaitre pour l’organisation des élections professionnelles

Initiative d’organisation des élections

Il revient à l’employeur de prendre l’initiative d’organiser des élections professionnelles du CSE une fois tous les 4 ans. Son absence ou son refus injustifié est passible de sanctions pénales.

Néanmoins, si le CSE n’a pas été mis en place, un salarié de l’entreprise ou une organisation syndicale peut, à tout moment, saisir l’employeur afin que des élections soient organisées. Le salarié en question dispose alors d’une protection contre le licenciement si cette initiative est confirmée par une organisation syndicale. 

En conséquence, l’employeur doit organiser la procédure électorale dans un délai d’1 mois à compter de la date de réception de la demande. Il est à noter que cette demande doit intervenir dans un délai de 6 mois si l’employeur a déjà engagé le processus électoral et qu’un procès-verbal a été établi.

Etre candidat cse

En outre, dans une situation d’élections partielles, celles-ci doivent également être organisées par l’employeur (article L2314-10 du Code du travail). 

Dans quel cas des élections partielles doivent être organisées ? Il y a 2 situations possibles pour ces élections partielles :

  • si un collège électoral n’est plus représenté
  •  si le nombre des membres de la délégation du personnel du CSE titulaires est réduit de moitié ou plus

Il n'est pas nécessaire d'organiser des élections partielles si l'une de ces 2 situations intervient moins de 6 mois avant le terme du mandat des membres de la délégation du personnel du CSE.

Le calendrier de mise en place du CSE

Lorsque le seuil des 11 salariés sur les 12 mois consécutifs est atteint par une entreprise elle doit donc obligatoirement procéder à des élections professionnelles pour mettre en place un CSE. 

Pour organiser ces élections, un calendrier de mise en place du CSE doit être instauré et respecté. Il se constitue de plusieurs grandes étapes qui sont les suivantes :

  • Information des salariés : l'employeur doit d'abord impérativement informer les salariés de l'entreprise de la tenue prochaine des élections professionnelles et doit également inviter les syndicats à la négociation du protocole d'accord préélectoral.
  • Négociation et mise en place du protocole d'accord préélectoral : le protocole détaille les modalités précises d'organisation et de déroulé des élections du CSE, telles que nous allons les passer en revue dans ce guide.
  • Élections professionnelles à proprement parler
  • Dépouillement et proclamation des résultats, qui sont communiqués à l'ensemble des salariés.

Comme nous le verrons dans le déroulé détaillé des élections professionnelles, ce calendrier de mise en place du CSE doit respecter certains délais obligatoires entre chaque étape. 

Durée du mandat des élus du CSE

Les membres de la délégation du personnel du CSE sont élus pour une durée de 4 ans.

Toutefois, un accord de branche, un accord de groupe ou un accord d’entreprise peut fixer une durée du mandat comprise entre 2 et 4 ans.

Une limitation du nombre de mandats est prévue par les ordonnances Macron avec un maximum de 3 mandats successifs, sauf dans les entreprises de moins de 50 salariés et dans les entreprises dont l’effectif est compris entre 50 et 300 salariés, si le protocole d’accord préélectoral en dispose autrement.

Cette limitation s’applique uniquement aux mandats d’élu au CSE. Cela signifie qu’elle ne s’applique pas rétroactivement aux mandats des élus des anciennes institutions représentatives du personnel (DP, CE et CHSCT, ou la DUP).

Les fonctions des élus du CSE prennent fin par le décès, la démission, la rupture du contrat de travail et la perte des conditions pour être éligible. Toutefois, le mandat est conservé en cas de changement de catégorie professionnelle.

élections professionnelles

Nombre de membres à élire aux élections du CSE

Le nombre de membres de la délégation du personnel du CSE à élire dépend de l’effectif de l’entreprise.

Ce nombre peut être déterminé par le protocole d’accord préélectoral dans les conditions de larticle L. 2314-7 du Code du travail et, à défaut, ce nombre est fixé dans un tableau figurant à l’article R. 2314-1 du Code du travail.

La délégation du personnel au CSE comporte autant de titulaires que de suppléants.

Les élections professionnelles en collèges électoraux

Le scrutin des élections du CSE est un scrutin de liste avec représentation proportionnelle à la plus forte moyenne à deux tours.

L’élection est organisée distinctement par collèges électoraux :

  • le 1ᵉʳ collège : ouvriers et employés
  • le 2ᵉ collège : ingénieurs, chefs de service, techniciens, agents de maîtrise et assimilés

Quelques spécificités à retenir pour les collèges électoraux :

  • dans les entreprises d’au moins 501 salariés, les ingénieurs, les chefs de service et cadres administratifs, commerciaux ou techniques assimilés ont au moins 1 délégué titulaire au sein du second collège, élu dans les mêmes conditions
  • dans les entreprises, peu importe l’effectif, dont le nombre des ingénieurs, chefs de service et cadres administratifs, commerciaux ou techniques assimilés sur le plan de la classification est au moins égal à 25 au moment de la constitution ou du renouvellement de l’instance, ces catégories constituent un troisième collège : le collège cadre
  • dans les établissements ou les entreprises qui n’élisent qu’1 membre de la délégation du personnel titulaire et un membre de la délégation du personnel suppléant, il est mis en place pour chacune de ces élections, un collège électoral unique qui regroupe l’ensemble des catégories professionnelles

Déroulement des deux tours de l'élection du CSE

Le premier tour des élections est obligatoire. Il est réservé aux listes établies par les organisations syndicales invitées à négocier le protocole d’accord préélectoral.

Une fois le premier tour passé, le bureau de vote constate une des trois situations suivantes :

  • l'absence de liste présentée par une organisation syndicale habilitée à présenter des candidats : un procès-verbal de carence est réalisé et un second tour est obligatoirement organisé ;
  • le quorum n’est pas atteint : un second tour est organisé pour chacun des collèges ou des scrutins pour lequel le quorum n’a pas été atteint ;
  • le quorum a été atteint : dépouillement, attribution des sièges et un second tour n’est organisé que si tous les sièges n’ont pas été pourvus, les listes présentées au premier tour étant incomplètes.

Précisions sur le quorum

Le quorum est un paramètre de calcul utilisé dans les élections professionnelles. C'est un coefficient représentant le nombre de votants par rapport au nombre d’électeurs inscrits pour pouvoir valider le scrutin


Il est atteint dès lors que le nombre de suffrages valablement exprimés, excepté les bulletins blancs et nuls, est au moins égal à la moitié du nombre des électeurs inscrits.

Le second tour des élections du CSE est organisé dans les 15 jours suivants le 1ᵉʳ tour, est donc ouvert à toutes les candidatures présentées ou non par une organisation syndicale.

Besoin d'une formation ? Billetterie ? Compte rendu ?

Gratuit & Rapide

Dépouillement et proclamation des résultats des élections

Le dépouillement des élections représente le moment où l’on ouvre les bulletins de vote de tous les électeurs ayant voté pour constater les résultats des élections. Cela commence par l’attribution des sièges de titulaires, une fois tous les sièges titulaires attribués on passe à l’attribution des sièges de suppléant.

Le dépouillement se déroule dans la salle où a lieu le scrutin et les résultats sont proclamés oralement et en public par le président du bureau de vote. L’employeur ne peut se substituer à lui. Si le bureau de vote n’a pas proclamé les résultats, le juge d’instance peut le faire.

La proclamation des résultats comprend obligatoirement les 5 indications suivantes :

  • le nombre de votants ;
  • le nombre d’électeurs inscrits ;
  • le nombre de suffrages exprimés ;
  • le nombre de suffrages recueillis par chacun des candidats ou par chaque liste ;
  • le nom des élus.

Puis, un procès-verbal des opérations électorales est rédigé par le secrétaire (ou, en son absence, par l’un des membres du bureau de vote), dans la salle de vote, en présence des électeurs. Un PV doit être rédigé pour chacun des collèges électoraux.

La proclamation des résultats est le point de départ du délai de toute contestation des résultats des élections professionnelles. 

Compétences en cas de litige sur les élections

Les contestations relatives au contentieux électoral sont de la compétence du tribunal d’instance qui statue en dernier ressort.

Le tribunal d’instance est saisi par voie de déclaration au greffe :

  • dans les 3 jours suivant la publication des listes électorales concernant les litiges sur l’électorat et la composition des listes de candidats au regard de l’obligation de représentation équilibrée des femmes et des hommes ;
  • dans les 15 jours suivant l’élection ou la désignation lorsque la contestation porte sur la régularité de l’élection ou sur la désignation de représentants syndicaux.

Éléments à transmettre à l’administration suite aux élections

L’employeur doit transmettre à l’administration les documents suivants :

  • 2 exemplaires du procès-verbal des élections professionnelles de la délégation du personnel au Comité social et économique (ou le procès-verbal de carence) sont transmis aux agents de contrôle de l’inspection du travail dont relève l’entreprise ou l’établissement dans les 15 jours suivant l’organisation de ces élections ;
  • 1 exemplaire du procès-verbal des élections professionnelles (ou le procès-verbal de carence) dans les 15 jours suivant l’organisation de ces élections au prestataire retenu par le ministère du Travail, dont l’adresse est CTEP - TSA 79104 - 76934 Rouen Cedex 9.

RAPPEL : les CERFA à utiliser sont en ligne disponible sur le site dédié aux élections professionnelles.

Enfin, l’employeur doit transmettre une copie du procès-verbal des élections à chaque organisation syndicale ayant présenté une liste de candidats et/ou ayant participé à la négociation du protocole d’accord préélectoral.

Les étapes du déroulé des élections professionnelles

Les élections professionnelles au CSE sont organisées généralement tous les 4 ans par l’employeur lorsque le seuil des 11 salariés équivalent temps plein a été franchi pendant 12 mois consécutifs. L'employeur doit alors élaborer un calendrier électoral, informer les salariés et inviter les syndicats à négocier le protocole d'accord préélectoral dans le respect des délais requis. Puis les listes électorales seront mises en œuvre, les élections réalisées, et les résultats proclamés après le dépouillement.

Les étapes du déroulé des élections professionnelles au CSE sont donc :

  • Étape 1 : élaboration du calendrier, détermination du périmètre et des collèges
  • Étape 2 : information des salariés
  • Étape 3 : invitation des organisations syndicales et négociation du protocole d'accord préélectoral
  • Étape 4 : affichage des listes électorales
  • Étape 5 : vote des électeurs au 1ᵉʳ tour des élections professionnelles
  • Étape 6 : dépouillement, information sur les résultats et rédaction des PV selon CERFA.
  • Étapes 7, 8, 9 : si un 2ᵈ tour doit avoir lieu, 15 jours après le 1ᵉʳ tour, les étapes 4, 5 et 6 doivent être appliquées de nouveau appliquées pour un 2d tour, sachant que pour ce 2d tour les élections et listes sont "libres" (sans organisation syndicale), tous les salariés de l’entreprise étant éligibles peuvent se présenter.

1. Élaboration du calendrier électoral et des collèges

Chaque entreprise dispose de sa propre organisation, ce qui signifie que chaque entreprise disposera d’un calendrier électoral.


Calendrier électoral (avant, pendant et après le Jour J du scrutin)

Avant le premier tour du scrutin

Information du personnel sur l’organisation des élections du CSE

Jour J - 90

Art. L. 2314-4 C. trav.

Invitations des organisations syndicales représentatives à négocier le protocole d’accord préélectoral par courrier ou par affichage

Jour J - 60

Art. L. 2314-5 C. trav.

Négociation du protocole d’accord préélectoral ou, le cas échéant, rédaction de la décision unilatérale de l’employeur

Entre Jour J - 45 et Jour J - 16

Art. 2314-5 C. trav.

Dépôt des listes de candidats par les organisations syndicales à la date prévue par le protocole d’accord préélectoral

Délai en conformité avec le protocole d’accord préélectoral

Art. L. 2314-5, L. 2314-28 et L. 2314-29 C. trav.

Affichage des listes des candidatures syndicales par l’employeur

Délai en conformité avec le protocole d’accord préélectoral

Art. L. 2314-28 C. trav.

Affichages des listes électorales

Entre Jour J – 15 et Jour J - 4

Art. R. 2314-24 C. trav.

Envoi du matériel de vote pour les salariés concernés par le vote par correspondance

Délai en conformité avec le protocole d’accord préélectoral

Art. L. 2314-28 C. trav.

Retour des votes par correspondance.

Délai en conformité avec le protocole d’accord préélectoral

Art. L. 2314-28 C. trav.

Jour J : date du premier tour

Proclamation des résultats

Jour J

Art. R. 67 C. élec.

Le cas échéant, organisation du second tour avec information du personnel et des organisations syndicales

Jour J

Art. L. 2314-29 C. trav.

Affichage des listes électorales

Au moins 4 jours avant le scrutin

Art. R. 2314-24 C. trav.

Dépôt des listes électorales

Délai en conformité avec le protocole d’accord préélectoral

Art. L. 2314-28 C. trav.

Affichage par l’employeur des listes de candidatures

Délai en conformité avec le protocole d’accord préélectoral

Art. L. 2314-28 C. trav.

Jour J + 15 : date du second tour (art. L. 2314-29 C. trav.)

Affichage des résultats des premier et second tours

Jour J + 15

Art. R. 67 C. élec.

Communication des PV des élections à l’inspection du travail et au centre de traitement des élections professionnelles

Dans les 15 jours suivant les résultats des élections

Art. R. 2314-22 et D. 2122-7 C. trav.

Communication des PV des élections aux syndicats

Dans les meilleurs délais

Art. L. 2314-29 C. trav.


La détermination du périmètre et des collèges consiste à définir comment se structure l'entreprise  pour un CSE unique ou l'établissement pour un CSE d'établissement, ainsi que le nombre de salariés et leur répartition, selon leur poste, dans les différents collèges.

2. Information des salariés

L'employeur informe l'ensemble du personnel de l'organisation des élections professionnelles par tout moyen permettant de conférer date certaine à cette information.

Le document diffusé par e-mail ou courrier ou affichage doit préciser la date envisagée pour le 1ᵉʳ tour, comme le précise l'article L2314-4 du Code du Travail.

MODÈLE DE NOTE D'INFORMATION AU PERSONNEL

Affichée et envoyée individuellement par e-mail à chaque salarié

Objet : Élections au CSE dans la Société ...

En application des textes législatifs et réglementaires en matière de représentation du personnel, des élections du Comité Social et Économique seront prochainement organisées.

La date envisagée pour le premier tour est le ...

L’effectif de l’entreprise est actuellement de ... salariés. En conséquence, le nombre de membres du CSE à élire sera de :

- ... titulaire(s),

- ... suppléant(s).

Il est rappelé que les élections se font au scrutin de liste à deux tours avec représentation proportionnelle.

Le premier tour du scrutin est exclusivement et obligatoirement réservé aux listes de candidats présentés par les organisations syndicales représentatives.

À cet effet, les organisations syndicales, seules habilitées à présenter des candidats au premier tour de ces élections, sont invitées à le faire et à participer à une réunion pour élaborer et signer le protocole d'accord préélectoral.


(Il est toutefois précisé qu’en application de l’article L. 2314-5 du Code du Travail, par dérogation, dans les entreprises dont l’effectif est compris entre 11 et 20 salariés, l’employeur invite les organisations syndicales à la négociation du protocole d'accord préélectoral à la condition qu’au moins un salarié se soit porté candidat aux élections dans un délai de 30 jours à compter de l’information des salariés prévue à l’article L. 2314-4 du Code du Travail, soit jusqu'au ...)


Dans l’hypothèse où aucun candidat ne se manifesterait, l’employeur serait dispensé d’inviter les organisations syndicales à négocier le protocole préélectoral et un procès-verbal de carence serait établi.


(Dans le cas contraire, il est rappelé qu’afin d’assurer le bon déroulement des élections, les listes de candidats devront être présentées par les organisations syndicales avant le ...)


En l'absence de candidature, les élections se dérouleront dans le cadre d'un second tour qui aurait lieu 15 jours après le 1ᵉʳ tour soit le ... Dans ce cadre, les candidatures libres devront être présentées avant le ...

Les élections se tiendront dans les locaux de la société situés au ...

Les personnes qui seraient absentes le ... (date du premier tour) et qui souhaiteraient voter par correspondance sont invitées à se faire connaître auprès de ... au plus tard le ...

En cas de second tour prévu le ..., les personnes absentes devront se faire connaître le ... au plus tard.


Fait à ..., le ...

LA DIRECTION

Besoin d'une formation ? Billetterie ? Compte rendu ?

Gratuit & Rapide

3. Négociation du protocole d'accord électoral

Le protocole d'accord préélectoral est un document qui détermine un accord préalable pour le déroulement des élections professionnelles. Il est négocié avec les syndicats intéressés et a pour objet de fixer la répartition du personnel et des sièges dans les collèges électoraux ainsi que les modalités de vote.

L'employeur doit inviter les organisations syndicales à négocier un protocole d’accord préélectoral (article L. 2314-5 du Code du travail) :

« Sont informées, par tout moyen, de l'organisation des élections et invitées à négocier le protocole d'accord préélectoral et à établir les listes de leurs candidats aux fonctions de membre de la délégation du personnel les organisations syndicales qui satisfont aux critères de respect des valeurs républicaines et d'indépendance, légalement constituées depuis au moins deux ans et dont le champ professionnel et géographique couvre l'entreprise ou l'établissement concernés. »

MODÈLE INVITATION DES SYNDICATS PAR VOIE D'AFFICHAGE

Objet : Invitation à négocier le protocole d'accord préélectoral

Conformément aux dispositions légales et réglementaires, la Direction informe les syndicats qui sont légalement constitués depuis au moins 2 ans, qui satisfont aux critères de respect des valeurs républicaines, et d'indépendance et dont le champ professionnel et géographique couvre l'entreprise ou l'établissement, qu'elle envisage de procéder à l'élection du CSE.

La date prévue pour le premier tour du scrutin a été fixée au ... (1)

L'effectif de l'entreprise s'élevant à ... salariés, le nombre de représentants à élire sera de ... titulaires et ... suppléants. 

La Direction invite, en conséquence, les syndicats susvisés à établir des listes de candidats (2) et à prendre contact avec ..., (fonction), afin de négocier un protocole d'accord préélectoral. (3)

Si, à la date du ..., aucune organisation syndicale ne s'est manifestée, la direction de l'entreprise fixera les conditions de déroulement des opérations électorales et les communiquera au personnel en application de l'article L. 2314-14 du Code du travail. 

La Direction 


(1) En cas renouvellement, le premier tour a lieu dans la quinzaine précédent l'expiration des mandats. Article L. 2314-5 du Code du travail.

(2) Les listes de candidats, pour chaque collège, pour les titulaires comme les suppléants, doivent être composées d'un nombre de femmes et d'hommes proportionnel à la part de femmes et d'hommes inscrit sur la liste électorale. Article L. 2314-30 du Code du travail.

(3) L'invitation à négocier doit parvenir aux syndicats au moins 15 jours avant la première réunion de négociation, renouvellement ou première mise en place. Article L. 2314-5 du Code du travail.

Ainsi, l'employeur est tenu d'informer le personnel par tout moyen de la date envisagée pour le premier tour, puis d'inviter les syndicats à négocier le protocole d'accord préélectoral, et, enfin, établir la liste de leurs candidats et organiser le déroulement matériel des élections dans le respect des délais requis. 

Un outil pour rédiger gratuitement votre protocole d'accord préélectoral ? Nous recommandons l'outil des Editions Francis Lefebvre

Comment se déroulent les élections professionnelles si aucun syndicat ne répond à l'invitation ? Dans cette situation, l'employeur va établir le protocole d'accord préélectoral de manière unilatérale.

L'invitation des syndicats consiste à les convoquer pour négocier le protocole d'accord préélectoral. L'absence de réponse dans le délai déterminé par le calendrier électoral vaut mise en place du protocole préélectoral par l'employeur seul.

4. Constitution des listes électorales

Une fois le protocole d'accord préélectoral mis en œuvre, si aucune liste syndicale se présente au 1ᵉʳ tour, un procès-verbal de carence est établi et un second tour a lieu 15 jours après, où tout salarié de l'entreprise peut se présenter à la condition de remplir les conditions pour être candidat.

Qu'il s'agisse du 1ᵉʳ tour avec des listes syndicales ou du 2ᵈ tour avec des listes "libres", la constitution de listes de candidats pour les élections du CSE doit suivre certaines règles. 

Les listes de candidats sont effectuées par collège électoral. Le nombre de candidats sur les listes de chaque collège dépend du nombre de sièges du CSE attribué à chaque collège. Les modalités de répartition des sièges entre les différents collèges ne sont pas prévues par la loi, aussi il y a seulement des recommandations du ministère du Travail d'attribuer le nombre de sièges entre chaque collège proportionnellement à la part de chaque collège dans l'effectif de l'entreprise. Chaque collège doit se voir attribuer au moins un siège pour qu'aucune catégorie de personnel ne soit exclue des élections professionnelles.

Une liste de candidats au poste de suppléant et une liste de candidats au poste de suppléant doivent être réalisées, mais un salarié peut être à la fois candidat au poste de titulaire et de suppléant.

Enfin conformément aux articles L. 2314-30 et L. 2314-31 du Code du travail la parité entre candidats hommes et femmes dans les listes est obligatoire. Pour cela le nombre d'hommes et de femmes candidats doit correspondre à leur part respective sur la liste électorale. De plus l'ordre de présentation des candidats dans la liste doit alterner un candidat de chaque sexe jusqu'à épuisement des candidats d'un des sexes.

5. Vote des électeurs aux élections professionnelles du CSE

Les élections professionnelles s'établissent pendant le temps de travail sauf accord contraire (article L. 2314-27 du Code du travail), au scrutin sous enveloppe (article L. 2314-26 du Code du travail) « selon les modalités fixées par un décret en Conseil d'Etat [décret n°2017-1535 du 3 novembre 2017] pris après avis de la Commission nationale de l'informatique et des libertés, si un accord d'entreprise ou, à défaut, l'employeur le décide ». Toutefois, elle peut avoir lieu par voie électronique et par correspondance.

Comme le précise l'article L. 2314-28 du Code du travail, les modalités d'organisation et de déroulement des opérations électorales font l'objet d'un accord entre l'employeur et les organisations syndicales, conclu conformément à l'article L. 2314-6 du Code du travail.

La mise en œuvre du vote par voie électronique ou vote électronique sur le lieu de travail ou à distance est déterminée par les articles R. 2314-5 à R. 2314-18 du Code du Travail. À défaut d’accord d’entreprise ou d’accord de groupe, le recours au vote électronique est possible sur décision de l’employeur (articles L. 2314-26 et R. 2314-5).


Découvrez notre fiche pratique sur les logiciels de vote aux élections professionnelles.

6. Dépouillement et proclamation des résultats

Une fois le vote finalisé dans les délais impartis, on peut procéder au dépouillement dans les bureaux de vote. 

Le lendemain des élections, du premier ou du second tour, s’il y en a un second, l’employeur doit afficher les résultats dans l’entreprise qui sont consignés dans un PV de résultats. Ils doivent être accessibles à tous les salariés, par tout moyen.

Enfin, l’employeur doit également envoyer 2 copies du PV à la DIRECCTE et une à la CTEP pour finaliser complètement les élections professionnelles. Une copie de PV doit être également à toutes les organisations syndicales qui ont présentées une liste aux ou ont participé aux négociations préélectorales. 

Si aucun CSE n’est élu, faute de candidat, un PV de carence du CSE doit alors être rédigé. 

Après le dépouillement des votes, la proclamation des résultats et la transmission de toutes les informations à l'administration, le CSE est constitué et élu.

L'employeur a la responsabilité une fois le CSE élu d'organiser la première réunion du CSE. 

En savoir plus sur : la première réunion du CSE 

Que se passe-t-il en cas d'égalité entre deux listes ?

La carence du CSE

On parle de carence du CSE lorsque aucune candidature n’a été déposée auprès de l’employeur pour les élections professionnelles. Dans ce cas, c'est un PV de carence qui doit être rédigé par l’employeur, à l’image du PV des résultats. Ce PV est affiché dans l’entreprise, mais aussi envoyé en 2 exemplaires à la DIRECCTE et 1 exemplaire à la CTEP. À l’issue de cette carence, aucun CSE ne sera mis en place dans l’entreprise. 

N’importe quel salarié ou organisation syndicale peut demander, 6 mois après la diffusion du PV de carence, l’organisation de nouvelles élections professionnelles. L'employeur disposera d’un mois pour les organiser, selon les étapes présentées préalablement. 

Élections des CSE d'établissement et du CSE Central

La chambre sociale de la Cour de cassation poursuit son travail d'interprétation des nouvelles dispositions concernant le CSE dans un arrêt de principe rendu le 10 avril 2019 (n°18-22948).


Ainsi, elle estime que l'employeur ne peut fixer unilatéralement le nombre et le périmètre des établissements distincts pour la mise en place du CSE qu'après avoir loyalement tenté de négocier un accord collectif sur le sujet.


Le Code du travail prévoit que le nombre et le périmètre des établissements distincts pour la mise en place du CSE sont déterminés par un accord d'entreprise. En l'absence d'accord, ils sont fixés par décision unilatérale de l'employeur. Pour la Cour de cassation, ce n'est que si, à l'issue d'une tentative loyale de négociation, un accord collectif n'a pu être conclu que l'employeur peut prendre une décision unilatérale sur le sujet. En l'absence de tentative loyale de négociation, la décision unilatérale est nulle. 

En savoir plus sur : le CSE Central

Besoin d'une formation ? Billetterie ? Compte rendu ?

Gratuit & Rapide

4 outils pour vos élections professionnelles

Afin d’accompagner les entreprises dans cette mise en œuvre, le ministère du travail met des outils à disposition.

L’objectif de ces outils est de :

  • faciliter la préparation de l’élection des représentants du personnel au CSE,
  • déterminer un calcul indicatif en fonction des données enregistrées,
  • préparer en amont la mise en place des élections.

Outil N° 1 : Calculer les sièges attribués

Ce premier simulateur a pour rôle d'estimer le nombre d’élus par liste syndicale en fonction des résultats du scrutin.

L'intérêt est grand car il permet de savoir le nombre d'élus par liste syndicale. Pour ce faire, il faut noter les suffrages valablement exprimés ou SVE, c'est-à-dire un suffrage clair et précis, hors vote blanc ou nul. Puis, il convient de noter le nombre de siège pour le collège, qui représente un groupe de personne autour d'une même catégorie.


Il existe le 1er collège "ouvriers, employés" le 2ème collège "agents de maîtrise" et le 3ème collège "ingénieurs et cadres". Enfin, il faut mettre le nom de la liste syndicale avec le nombre de candidats et le total des voix des candidats.  

Outil N° 2 : Calendrier électoral

Ce second simulateur a une fonction importante car il permet d'estimer le calendrier électoral à mettre en œuvre en fonction de l'effectif de l'entreprise et si c'est une première élection ou un renouvellement.

L'intérêt est de savoir comment se déroule l'élection de A à Z, les étapes à effectuer de l'information du personnel au 1ᵉʳ tour du scrutin.

Outil N° 3 : Calculer le nombre de collèges

Ce troisième simulateur permet de déterminer le nombre et la nature des collèges en fonction des effectifs de l'entreprise. Vous devez vous munir de l'effectif de votre entreprise et du nombre de cadres.

L'intérêt d'un tel simulateur est de savoir le nombre et la nature des collèges à mettre en place.


Outil N° 4 : Calculer le nombre d'élus au CSE

Ce quatrième simulateur a pour rôle de déterminer le nombre composant la délégation du personnel du CSE que doit compter l'entreprise.

Si l'entreprise comporte des établissements distincts, cette simulation doit se faire établissement par établissement. Vous devez vous munir de l'effectif de l'entreprise ou de l'établissement.

L'intérêt de cette simulation est de savoir le nombre de titulaires et de suppléants composant la délégation du personnel du CSE.


Par exemple, pour un effectif de 152, il faudra 8 titulaires et 8 suppléants.

cse guide
74 Partages
Tweetez
Partagez74
Partagez