C’était une promesse du candidat Emmanuel Macron : la prime d’activité versée aux travailleurs à revenus modestes devrait augmenter de 20 euros à partir du mois d’octobre 2018. Dès 2019, une seconde étape sera engagée pour atteindre progressivement un gain de pouvoir d’achat de 80 euros pour un salarié au SMIC.

Pour permettre à 65.000 nouveaux foyers modestes de bénéficier de la prime d’activité, le Budget 2018 prévoit un changement des revenus pris en compte pour son calcul. En effet, depuis le 1er janvier 2018, les pensions, les rentes d’invalidité et les rentes versées aux personnes victimes d’accident du travail et de maladie professionnelle sont écartées de la base de calcul de la prime d’activité 2018. Toutefois, l’Allocation adulte handicapé (AAH) est toujours prise en compte.

Prime d’activité 2018

Prime d’activité : +80 euros par mois d’ici 2022

  • Qui peut bénéficier de la prime d’activité 2018 ?

La prime d’activité est issue de la fusion de la Prime pour l’emploi (PPE) et du Revenu de solidarité active (RSA). Elle est versée aux salariés, commerçants, travailleurs handicapés et aux exploitants agricoles dont le revenu n’excède pas 1,3 SMIC, soit en moyenne 1.500 euros nets pour une personne seule. Elle peut également être perçue par les étudiants et apprentis uniquement s’ils sont rémunérés environ 890 euros nets par mois, pendant trois mois. Précisons que les bénéficiaires de l’AAH peuvent cumuler cette aide avec la prime d’activité. Son point fort est qu’elle est attribuée mensuellement par la CAF. Par ailleurs, elle n’engendre pas davantage d’impôts à payer.

  • Montant de la prime d’activité 2018 : combien allez-vous percevoir ?

Près de 2,4 millions de foyers ont bénéficié de la prime d’activité chaque mois en 2016. La prime d’activité dépend essentiellement des ressources perçues par les personnes composant le foyer et varie selon la composition de la famille. Les ressources prises en compte sont les suivantes : les revenus professionnels, les allocations de remplacement, les aides sociales, les revenus du patrimoine ou de capitaux. Depuis le 1er janvier 2018, la pension et la rente d’invalidité, la rente AT-MP sont exclues des ressources pour permettre à 65.000 nouveaux foyers de bénéficier de la prime d’activité. Selon les ressources déclarées, la CAF calcule la prime d’activité à laquelle vous avez droit. Il peut toutefois être judicieux de faire une simulation prime d’activité 2018 sur le site de la CAF pour connaître directement son montant et savoir si vous respectez les plafonds en vigueur.

  • Une augmentation progressive de la prime d’activité pour redonner du pouvoir d’achat aux foyers modestes

Lors de sa campagne électorale de 2017, Emmanuel Macron avait promis une hausse progressive de la prime d’activité. Il annonçait une augmentation de 50 % en cinq ans pour faire en sorte que « le travail paie ». Le 27 septembre 2017, le gouvernement a présenté le projet de loi de Finances pour 2018, indiquant que la prime d’activité ferait l’objet de « revalorisations exceptionnelles et significatives » à partir de 2018. En effet, la prime d’activité augmentera de 20 euros dès octobre 2018. La revalorisation atteindra 80 euros par mois pour un travailleur au SMIC à l’horizon 2022.

augmentation progressive de la prime d’activité

Des effets modérés sur le taux de pauvreté et l’emploi

  • Le taux de pauvreté en légère baisse en 2016

Instauré il y a deux ans, la prime d’activité aurait déjà un impact sur la pauvreté en France. En effet, un rapport d’évaluation publié le 22 janvier 2018 par la Direction générale de la cohésion sociale, avec la Drees et la Caisse nationale des allocations familiales (Cnaf), montre que ce récent dispositif d’aide aux travailleurs aux revenus modestes a fait baisser de 0,4 point le taux de pauvreté en France. Pour rappel, ce taux correspond à la proportion de personnes dont le niveau de vie est inférieur au seuil de pauvreté fixé à 1.015 euros par mois pour une personne seule en 2015 selon l’INSEE. Le rapport précise que cette aide a permis aux bénéficiaires de couvrir leurs dépenses de première nécessité et notamment les dépenses alimentaires, servi à financer des activités culturelles et de loisirs.

  • Un impact sur l’emploi encore difficile à mesurer

Selon le rapport, l’objectif d’ouverture aux jeunes a été atteint, avec 486.000 personnes âgées de 18 à 24 ans allocataires. Toutefois, les effets de la prime d’activité sur l’emploi restent « difficiles à appréhender » à ce stade. Près de 75 % des adultes bénéficiaires avaient un emploi au moment de l’enquête Emploi de l’INSEE mais la moitié d’entre eux occupaient un poste à temps partiel. Enfin, une enquête qualitative a également été menée sur un faible nombre de bénéficiaires de la prime d’activité. Celui-ci montre que le dispositif n’exerce pas d’influence directe sur la motivation des allocataires à reprendre une activité. Pour la plupart d’entre eux, l’aide n’est pas liée à la reprise d’une activité professionnelle puisqu’une majorité a déjà un emploi.

  • Un succès incontestable du point de vue de la simplification des démarches

Le rapport d’évaluation consacre également un chapitre à la simplification de la prestation et des démarches. Les résultats apparaissent incontestables sur ce point, la dématérialisation ayant permis une amélioration de l’accès aux droits, avec notamment le succès du simulateur de la prime d’activité. Cet outil a été utilisé plus de 20 millions de fois en 2016. Autre amélioration importante : une plus grande stabilité des montants versés. En effet, au 3ème trimestre 2016, 99 % des bénéficiaires de la prime d’activité ont perçu un montant identique pendant trois mois consécutifs.

Le gouvernement se félicite du nombre de bénéficiaires de la prime d’activité, seulement deux ans après son instauration. Ce dispositif profitera désormais aux revenus professionnels entre 0,5 et 1,2 SMIC et sera d’un montant maximal de 80 euros fin 2022. Fin juin 2017, un foyer touchait en moyenne 163 euros mensuels de prime d’activité. Via cette loi, le gouvernement a également réduit le champ des bénéficiaires de la prime d’activité en 2018 puisqu’une large partie des travailleurs handicapés percevant une pension d’invalidité est exclue.

Nos autres articles qui peuvent vous intéresser : 

Votez pour cet article

Laisser un commentaire