Prévention des risques primaire, secondaire et tertiaire | Guide

La notion de niveau de prévention, primaire, secondaire et tertiaire, relève avant tout de santé publique. La prévention, c’est ce qui permet d’éviter l’apparition, le développement ou l’aggravation de maladies ou d’état incapacitant. Mais le concept s’applique aussi en matière de santé au travail vis-à-vis des maladies professionnelles, des accidents du travail et de tout ce qui concerne notamment les risques psycho-sociaux (RPS).

Cette méthodologie de prévention est d’ailleurs particulièrement adaptée dans ce cas. La prévention des risques est un élément essentiel de la santé et des bonnes conditions de travail. 

C’est une mission majeure de l’employeur, mais aussi des élus du CSE. Découvrez tout ce qu’il faut savoir sur la prévention primaire, secondaire et tertiaire en matière de santé au travail.

Prévention primaire, secondaire et tertiaire, définition

La prévention est un concept qui peut s’appliquer dans tous les domaines de la vie. C’est particulièrement le cas en gestion de projets professionnels (notamment informatiques) et en gestion d’entreprise en utilisant une cartographie des risques. C’est aussi le cas en matière de risques professionnels au niveau de la sécurité, de la santé et des conditions de travail d’une entreprise.

C’est d’ailleurs une des missions principales de l’employeur et des représentants du personnel. Mais c’est aussi un élément important des politiques de santé publique.

La prévention des risques, qu’est-ce que c’est ?

La prévention est une action visant à limiter les risques. En gestion des risques, on considère que 2 grands paramètres déterminent leur criticité :

  • la probabilité que le risque advienne ; 
  • l’impact que ce risque aura lorsqu’il se réalisera.

On peut donc tout autant prévenir un risque en réduisant la probabilité qu’il survienne (en agissant le plus en amont possible) qu’en atténuant l’impact qu’il aura s’il advient (en agissant en aval après sa survenance). 

Besoin d'une formation CSE / SSCT ? Billetterie ? Compte rendu ? Autres ?

Prévention primaire, secondaire et tertiaire en santé publique

En matière de santé publique, la prévention consiste à éviter l’apparition, mais aussi le développement ou l'aggravation, des maladies ou d’états incapacitants et de handicap. C’est dans ce domaine que s’est développé la notion de prévention primaire, secondaire et tertiaire. En effet, il existe 3 niveaux d’action pour pouvoir agir sur les causes, mais aussi les conséquences des maladies.

C’est l’OMS qui a dessiné cette approche de la santé et de la prévention en 1948 en élaborant ces 3 niveaux, en lien avec les différentes étapes d’une maladie.

La prévention primaire est celle qui intervient le plus tôt, le plus en amont de l’apparition. Il s’agit de diminuer les facteurs de risque pouvant causer l’existence des maladies. En santé publique, c'est par exemple le rôle de la vaccination ou de certaines règles d’hygiène.

La prévention secondaire consiste à intervenir sur les stades précoces de l’évolution d’une maladie, pour éviter son développement et initier éventuellement un traitement le plus tôt possible. C’est le rôle des dépistages. Celui du cancer du sein ou du colon, par exemple, sont ainsi systématiques à partir d’un certain âge pour détecter à temps la maladie et améliorer l’efficacité des traitements.

La prévention tertiaire agit sur les complications entrainées par la maladie et/ou les risques de récidive. Elle vise ainsi à limiter son aggravation, car son apparition puis son développement sont déjà un fait.

Prévention primaire, secondaire et tertiaire des risques professionnels

Bien que l’apparition de cette approche de la prévention soit liée d’abord à la santé publique, on la retrouve en matière de santé au travail. Des actions relatives à chaque niveau de prévention peuvent être mises en place au niveau de l’entreprise, en privilégiant toujours la prévention primaire. Car dans ce domaine, l’employeur comme les représentants du personnel doivent veiller à la sécurité, la santé et aux bonnes conditions de travail de l’ensemble des salariés, en agissant contre ce qu’on appelle les risques professionnels.

Besoin d'une formation CSE / SSCT ? Billetterie ? Compte rendu ? Autres ?

La prévention des risques professionnels

Selon l’INRS (Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles) la prévention des risques professionnels consiste en “l’ensemble des dispositions à mettre en œuvre pour préserver la santé et la sécurité des salariés, améliorer les conditions de travail et tendre au bien-être au travail”.

C’est par ailleurs une obligation l’égale de l’employeur que de prévenir les risques pour ses salariés dans l’exercice de leurs missions professionnelles comme le précise le Code du Travail à :

  • l’article L. 4121-1 “l’employeur prend les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs”.

  • l’article L4121-2 et L. 4121-3 “l’employeur évalue les risques et met en œuvre les mesures prévues sur le fondement des 9 principes généraux de prévention suivants (méthode d’analyse et d’action sur les risques professionnels que doit suivre obligatoirement le responsable d’entreprise).”

Ces 9 principes prévus par le code du Travail sont : 

  • Éviter les risques ;
  • Évaluer les risques qui ne peuvent pas être évités ;
  • Combattre les risques à la source ;
  • Adapter le travail à l'homme ;
  • Tenir compte de l'état d'évolution de la technique ;
  • Remplacer ce qui est dangereux par ce qui n'est pas dangereux ou par ce qui est moins dangereux ;
  • Planifier la prévention en y intégrant, dans un ensemble cohérent, la technique, l'organisation du travail, les conditions de travail, les relations sociales et l'influence des facteurs ambiants, notamment les risques liés au harcèlement moral et au harcèlement sexuel ainsi que ceux liés aux agissements sexistes ;
  • Prendre des mesures de protection collective en leur donnant la priorité sur les mesures de protection individuelle ;
  • Donner les instructions appropriées aux travailleurs.

Les risques professionnels sont une menace à la santé ou la sécurité d’un salarié dans l’exercice de ses fonctions. Ils sont nombreux. Certains sont universels et communs à toutes les entreprises, d’autres sont inhérents à la spécificité des activités qui y sont menées. 

Il n’existe pas de liste exhaustive pour les recenser. Ils peuvent être :

  • mécaniques : écrasements, heurts, projections, coupures…
  • physiques : intempéries, vibrations, niveau sonore, qualité de l’aire, incendies…
  • chimiques : explosions, produits cancérigènes, produits irritants…
  • biologiques : produits infectieux ou allergisants…
  • radiologiques : radiations, rayonnements électromagnétiques…
  • psychologiques : agressions verbales, voire physiques, stress, surcharge mentale…

Prévention primaire, secondaire et tertiaire des AT/MP

Lorsque le risque se réalise, ses effets peuvent se matérialiser sous la forme d’une maladie professionnelle ou d’un accident du travail (AT/MP). Ainsi, dans les deux cas, il est possible d’agir avec une prévention primaire, secondaire et tertiaire pour limiter l’apparition des AT/MP (primaire) pour réduire leur développement (secondaire) ou pour réduire les conséquences de leur évolution (tertiaire) et favoriser un maintien de l’emploi. 

La prévention primaire est l’action prioritaire à mettre en place, car elle permet d’intervenir au plus tôt et d’agir sur les facteurs de risques dans le but de les supprimer ou les diminuer. Ce sont toutes les procédures de sécurité, les protocoles d’utilisation d’outils, de machines ou de méthodologie, ainsi que toutes les actions de formation et de sensibilisation qui peuvent être mise en place dans l’entreprise.

La prévention secondaire consiste à suivre les risques et l’état de santé des salariés. Ce sont par exemple les actions de santé au travail obligatoire (comme la visite médicale et la déclaration d’aptitude), le dépistage. Ce sont aussi toutes les obligations qui peuvent être mises en place : certaines conditions de santé pour l’utilisation de certaines machines ou outils, le respect de cadences de travail ou même l’usage d’échauffement ou d’étirement avant ou après la prise de poste. 

Enfin, la prévention tertiaire consiste à limiter les conséquences une fois le risque survenu, et notamment d’agir pour le maintien dans l’emploi d’une personne affectée par une maladie professionnelle ou un accident du travail. Cela peut passer par une adaptation du poste de travail ou le changement de certaines procédures.

Besoin d'une formation CSE / SSCT ? Billetterie ? Compte rendu ? Autres ?

Prévention primaire, secondaire et tertiaire des RPS

Les risques psycho-sociaux sont une catégorie à part parmi les risques professionnels pour lesquels la prévention primaire, secondaire et tertiaire est particulièrement importante. Les RPS concernent la santé mentale et physique des salariés. Ils sont liés à la notion de stress, mais aussi de méthodes de travail et de management.

En termes de prévention primaire, il est question de réduire les facteurs de risques en agissant à la source de ce qui peut générer du stress ou des violences internes ou externes.

Ces 3 éléments sont ceux qui caractérisent les conditions de situation de RPS selon la définition de l’INRS. 

Ce sont des actions sur l’organisation du travail, sur les relations individuelles et collectives, les méthodes de management et le fonctionnement des services. Cela peut être la mise en place de méthode de management, l’interdiction de certaines pratiques, la promotion de certaines conditions de travail, l’amélioration continue de l’organisation de l’entreprise. La prévention primaire des RPS vise à supprimer ou réduire les causes de situations génératrices de RPS.

La prévention secondaire consiste à mieux armer les salariés face à des conditions de travail stressantes ou des situations de violences internes ou externes. Cela concerne notamment la mise en place de formation de gestion du stress, mais aussi de détection et signalement de situations de violence. Il est ici question de sensibiliser les salariés et toutes les strates du management à ce qui relève des situations génératrices de RPS pour savoir les repérer et agir le plus tôt possible.

Besoin de trouver un prestataire pour votre CSE ? Ou Challenger les prix de votre fournisseur actuel ?

Service 100% Gratuit & Rapide

Enfin, la prévention tertiaire consiste à diminuer les conséquences générées par des situations de RPS avérées. Ce sont des actions curatives et non plus préventives à proprement parler. Cela peut être la mise en place d’une cellule psychologique ou l’adaptation de certains postes de travail pour le personnel concerné.

En matière de santé au travail, l’approche en 3 niveaux de la prévention primaire, secondaire et tertiaire est un incontournable pour la gestion des risques professionnels et psycho-sociaux. L’employeur, les élus et tout le personnel doit pouvoir y être sensibilisé régulièrement pour mieux l’utiliser. 

Nos autres articles

0 Partages
Tweetez
Partagez
Partagez