Pourquoi la qualité de vie au travail est-elle importante ? 

La question semble absurde, mais il est important de prendre le temps de faire le point et de comprendre tous les bénéfices, pour l’entreprise comme pour les salariés, qui découlent d’une bonne qualité de vie au travail.  

L'amélioration des conditions de travail à un impact sur le bien-être des salariés et sur leur motivation et leurs performances. Il est donc dans l'intérêt général de l'entreprise d'y porter attention et de tenter de les améliorer au maximum. 

En tant que successeur du CHSCT, le CSE a vocation à jouer un rôle de premier plan dans le processus d'amélioration de la qualité de vie au travail

La qualité de vie au travail qu’est ce que c’est ?

La qualité de vie au travail est une notion large qui englobe de nombreux aspects de la vie en entreprise. 

De ce fait elle peut apparaître comme un peu trop abstraite, et c’est l’un des challenges que propose la démarche QVT (amélioration de la qualité de vie au travail), rendre concrète et mesurable une notion fortement psychologique et subjective.

La qualité de vie au travail : définition 

L’accord national interprofessionnel du 19 juin 2013 la définit dans les termes suivants :

“La qualité de vie au travail désigne et regroupe sous un même intitulé les actions qui permettent de concilier à la fois l’amélioration des conditions de travail pour les salariés et la performance globale des entreprises, d’autant plus quand leurs organisations se transforment. 

De ce fait, la question du travail fait partie intégrante des objectifs stratégiques de l’entreprise et doit être prise en compte dans son fonctionnement quotidien afin, notamment, d’anticiper les conséquences des mutations économiques.”

On comprend qu’il s’agit de concilier, l’amélioration des conditions de travail des salariés avec la performance de l’entreprise. On pourrait même dire qu’il s’agit d’améliorer la performance de l’entreprise par l’amélioration des conditions de travail des salariés. 

L’ANI (L’Accord National Interprofessionnel) insiste bien sur le fait qu’il ne s’agit pas d’une notion accessoire, mais bien d’un élément clé qui doit être “partie intégrante des objectifs stratégiques de l’entreprise”.

L’idée générale de la notion de qualité de vie au travail est donc composée de deux éléments présentés comme complémentaires : amélioration des conditions de travail des salariés d’une part et augmentation des performances de l’entreprise d’autre part. 

Il ne faut pas réduire la qualité de vie au travail à une notion floue de bien-être ou de confort. Il ne s’agit pas que de l’installation de canapés ou de babyfoots, mais bien de l’intégration de la notion de qualité des conditions de travail comme facteur de performance dans une réflexion stratégique intégrée aux objectifs de l’entreprise.

Au-delà des conditions de travail objectives classiques telles que la rémunération, les avantages sociaux et l’aménagement des locaux, il existe en effet toute une série de facteurs psychologiques qui sont tout aussi importants pour l’épanouissement des salariés. 

Parmi ces facteurs psychologiques d’épanouissement, on trouve le sentiment du sens de son travail, le sentiment d’autonomie et de responsabilisation, la reconnaissance des supérieurs hiérarchiques et des collègues, la progression individuelle.

 A retenir  

La QVT ce n’est pas juste l’installation de canapés confortables et de babyfoots. La notion de QVT vise l’épanouissement du salarié dans son travail et pas seulement dans son temps de pause.

QVT et Prévention des risques psychosociaux : quelle différence ?

La problématique qui intéresse la prévention des risques psychosociaux (RPS) est plus restreinte que celle de la QVT, tant par son champ d’application que par ses modalités d’actions.

En effet les RPS s’intéressent uniquement aux risques psychosociaux, là où l’approche QVT est beaucoup plus générale et englobe une grande partie de la vie en entreprise. 

Par ailleurs l’approche RPS est une approche médicale dont le but est de solutionner des problèmes précis. Là encore l’approche QVT est beaucoup plus générale, il ne s’agit pas uniquement de faire cesser ou de prévenir des troubles, mais également d’apporter des améliorations positives dans les conditions de travail. 

Qualité de vie au travail : comment la mesurer, l’évaluer ?

Le premier risque qu’encourt l’approche QVT c’est celui d’être trop vague, trop floue, trop abstraite.

C’est la conséquence de son caractère essentiellement subjectif et de sa vocation à être transversale au sein de l’entreprise. 

Pourtant il est crucial au succès de la démarche QVT de pouvoir poser des diagnostics basés sur des indicateurs précis et de pouvoir mesurer les progrès accomplis grâce aux mesures mises en place. 

L’évaluation de la qualité de vie au travail se fait principalement en recueillant le ressenti des salariés. Pour cela il existe une multitude d’approches et de questionnaires englobant un certain nombre d’aspects des conditions de travail. Les approches sont plus ou moins générales, certaines se focalisent sur l'environnement de travail c'est le cas du label OzmoZ d'autres essaient d'être plus exhaustives comme par exmple l'ISQVT développé par l'institut de recherche LEPSYQ.

On peut trouver des questionnaires en ligne gratuitement afin d'entamer son diagnostic. 

On peut citer :

-  le Questionnaire SATIN proposer par l'INRS
-  Le questionnaire Chorum Cides proposer par l'ARCT d'Ile de France

On peut noter que l’institut européen pour le développement des relations sociales (IEDRS) a choisi un outil mis en place par le LEPSYQ, un institut de recherche québécois : l’Inventaire Systémique de la Qualité de Vie au Travail (ISQVT)

L’ISQVT aborde au fil de ses questions 34 domaines touchant aux conditions de travail, regroupés en 8 groupes principaux :

  • La rémunération
  • La progression personnelle   
  •  Les horaires de travail      
  • L’ambiance avec les collègues
  • L’ambiance avec la hiérarchie
  • Les caractéristiques de l’environnement physique de travail
  • Le soutien offert à l’employé
  • Les facteurs influençant l’appréciation des tâches effectuées               

30 accords innovants qui illustrent le dialogue social dans les territoires

Pourquoi mettre en place une démarche QVT ?

L’objectif central de la démarche QVT c’est de concilier l’amélioration des conditions de travail et la performance globale de l’entreprise.

L’idée centrale est la suivante : optimiser les conditions de travail des salariés pour qu'ils soient plus heureux et plus productifs.  Il s’agit d’une relation gagnant-gagnant pour l’employeur et pour les salariés. 

On sait effectivement que l’insatisfaction au travail nuit grandement à la santé des travailleurs d’une part et à leur efficacité d’autre part. 

Les résultats d’une étude menée par les prestigieuses universités américaines de Harvard et du MIT sont catégoriques, les salariés heureux au travail sont :

  • 2 fois moins malades                      

  • 6 fois moins absents
  • 9 fois plus loyaux
  • 31 % plus productifs  
  • Et 55 % plus créatifs !                          

Les entreprises qui entreprennent une démarche d’amélioration de la qualité de vie au travail observent systématiquement une diminution de l’absentéisme. 

Selon une enquête Eurobaromètre 2014-2020, le stress est le premier facteur de risque professionnel en Europe. 

De plus on sait qu’en France 3,5 % des infarctus sont imputables au stress au travail.

Les tâches pénibles physiquement et répétitives diminuent progressivement depuis le milieu du XXème siècle, mais paradoxalement l’insatisfaction des travailleurs ne suit pas la même courbe. 

Les études montrent même que la dégradation des conditions de travail est une préoccupation de plus en plus présente dans l’esprit des salariés.

La pénibilité physique du travail diminue, mais il semble que le stress lui soit en augmentation constante.


On constate effectivement une augmentation de la pression psychologique liée à l’exigence de rapidité, la qualité d’exécution demandée, aux ordres de la hiérarchie et à la gestion du rapport avec les collègues et les tiers. 

Le stress est un facteur d’insatisfaction et de baisse des performances des travailleurs. Il est également un facteur de risques psychosociaux qui sont largement défavorables à l’entreprise et ses performances. 

La QVT permet de faire considérablement baisser le turn-over au sein des entreprises. De plus c’est un élément d’attractivité important pour les recrutements de talent.

Comment mettre en place la démarche QVT ?

Qui est responsable de mise en œuvre de la démarche QVT dans l’entreprise ?


La démarche QVT est mise en œuvre par un comité spécifique créé à cet effet : le comité QVT. 

Toutes les entreprises sont différentes, il faut adapter la composition et le fonctionnement du comité QVT à l’activité et à la structure de l’entreprise. 

L’objectif principal c’est que le comité QVT puisse entendre et prendre en compte les points de vue de toutes les parties de l’entreprise.

Il n’y a pas d’obligation, mais il est préférable afin de respecter la logique de la démarche QVT que le comité soit composé de façon paritaire, entre la direction et les salariés d’une part, mais également entre les différents services de l’entreprise.

En tant que descendant du CHSCT il est souhaitable qu’un ou plusieurs membres du CSE  en particulier de la commission santé, sécurité et conditions de travail s’il en existe une, soient membres du comité QVT.

L’objectif du comité QVT est de faciliter le dialogue entre les différentes parties de l’entreprise, que chacun comprenne ce que font ses collègues. Une fois ce dialogue mis en place, le comité QVT cherche à mettre en place stratégiquement les orientations de la démarche QVT.

Il n’a pas vocation à remplacer les instances existantes y compris le CSE

Les grands principes qui régissent la mise en place de la démarche QVT

Comme il a été vu précédemment, la QVT est un concept large englobant un grand nombre de problématiques. Le succès de sa mise en oeuvre dépend par conséquent de la capacité à rendre concret et pratique ce concept abstrait de prime abord. 

L’agence nationale pour l’amélioration des conditions de travail (ANACT) identifie 4 étapes indispensables à la bonne mise en pratique de la démarche QVT :

  1. 1
    Conception du cadrage stratégique de la démarche QVT
  2. 2
    Identification des objectifs prioritaires (diagnostic)
  3. 3
    Expérimentation des mesures d’amélioration par mise en pratique dans le fonctionnement de l’entreprise
  4. 4
    Pérenniser les avancées grâce à un retour d’expérience collaboratif. 

Le gage du succès de la démarche QVT est l’implication des salariés. 

Ils doivent se voir expliquer les avantages recherchés, être consultés pour les évolutions possibles, être consciencieusement associés au processus d’expérimentation et écoutés dans la dernière étape de bilan. 

L’idée est que l’ensemble du personnel soit fédéré vers un objectif commun d’amélioration des conditions de travail et des performances de l’entreprise. 

Les organismes de certification QVT

Au-delà de ces principes généraux, les modalités de mise en place de la démarche QVT varient en fonction de l’activité et de l’organisation de l’entreprise. 

Il est possible d’obtenir des conseils en QVT auprès d’organismes spécialisés.

Certains d’entre eux ont même mis en place des systèmes de certification afin de pouvoir faire reconnaître la qualité des conditions de travail d’une entreprise auprès des tiers (et notamment des futurs candidats). 

Il en existe un certain nombre accessible en France en voici quelques exemples :

  • Great Place to Work : sans doute le plus international car présent dans plus de 40 pays. Great Place to Work publie chaque année un palmarès des entreprises où il fait bon travailler.
  • Top Employer : Probablement le plus complet, l’enquête de diagnostic porte sur plus de 10 thèmes et sonde près de 600 pratiques RH.
  • OzmoZ : Un label de marque employeur qui s’intéresse à la qualité du cadre de vie en entreprise. Sont étudiés : La santé environnementale, la démarche collaborative, les fonctionnalités, la communication et le lien social au sein de l’entreprise, la balance vie professionnelle / vie personnelle et l’hygiène de vie
  • B-Corp recense les entreprises qui cherchent à réconcilier but lucratif et intérêt collectif. Les critères d’analyse s’articulent autour de 5 grands domaines d’impact : Gouvernance, collaborateurs, collectivité, environnement, clients.

Quel est l’intérêt d'obtenir une certification QVT ?


L’implication dans une démarche QVT s’avère être un élément déterminant de l’amélioration de la marque employeur et ainsi pour l’attraction des talents. 


On apprend en effet dans un sondage réalisé en 2017 que 78 % des candidats privilégient l’ambiance de travail au salaire dans leur choix d’entreprise.


Quand on sait que 45 % des employeurs reconnaissent avoir du mal à recruter des talents, on comprend mieux l’intérêt de la certification QVT. 




chief happiness officer

Le role du chief Happiness officer dans le QVT

Le poste de Chief Happiness Officer (CHO), ou chargé de bonheur au travail en francais, a été créé chez Google et s’est vite répandu dans la Silicon Valley.

La mission principale du CHO est d’optimiser les conditions permettant l’épanouissement professionnel des collaborateurs au sein de l’entreprise. 

Incontestablement le fait de créer un poste dont le but est uniquement le bien être des salariés témoigne d’un fort engagement QVT.

Cependant on compte aujourd’hui en France un peu plus de 1000 CHO ce qui est peu. Ces fonctions peuvent tout à fait être exercées dans un premier temps par un DAF, un DRH ou encore un Office Manager.

Il s’agit de créer une atmosphère de travail agréable et d’être à l’écoute des salariés pour comprendre et faire remonter leurs besoins. 

Quels sont les leviers d’action pour améliorer la QVT ?

La QVT est un concept large, qui peut toucher  de nombreux domaines ; le tableau ci-dessous recense les éléments sur lesquels il est possible d’agir afin d’améliorer la QVT.

Ce tableau est inspiré des recommandations de L’ANACT qui a identifié 6 domaines principaux dans lesquels la QVT peut porter ses fruits :

Domaine

Levier d’action

Relations sociales et professionnelles

Reconnaissance du travail du salarié par sa hiérarchie et par ses pairs

Respect

Ecoute

Dialogue social actif et participation aux décisions

Contenu du travail

Autonomie et responsabilisation

Variété des tâches à accomplir

Environnement physique de travail

Bruit

Chaleur

Sécurité

Propreté

Sécurité

Espace

Luminosité

Dans l’organisation du travail

Qualité de prescription du travail

Soutien de l’entreprise dans le règlement des dysfonctionnements (pas livré à lui même)

Démarche de progrès organisationnel

Pénibilité du travail

Charge de travail

Prévention des risques professionnels

Domaine de la réalisation et du développement professionnel

Rémunération

Formation

Développement des compétences

Sécurité des parcours professionnels

Conciliation entre vie professionnelle et vie personnelle

Horaire de travail (+ télétravail)

Vie familiale (congés pour événement personnel)

Accès aux services (transports, salle de sport, crèches, conciergeries, logement, parking etc.)

Qui peut vous aider dans la mise en place de la démarche QVT ?

En premier lieu il est possible d’obtenir de l’aide auprès de l’ARACT de votre région (Association Régionale d'Amélioration des Conditions de Travail). Ces associations de droit privé administrées de manière paritaire et financées par l’Etat, travaillent en concertation avec l’Agence Nationale pour l’Amélioration des Conditions de Travail (ANACT). 

Elles ont pour mission principale d’accompagner les entreprises, surtout de petite et moyenne taille dans leur démarche d’amélioration de leurs conditions de travail. 

Il est également possible de vous faire accompagner dans la mise en place de la démarche QVT par des cabinets privés de conseil en ressources humaines.

Il existe des aides permettant de financer totalement ou partiellement les honoraires des cabinets privés dans le cadre d’une démarche QVT.

Ces aides sont délivrées par le FACT (Fonds pour l'amélioration des conditions de travail).

Vous pouvez également vous aider des documents que l'on peut trouver en ligne. 
le Ministère de l'action et des comptes publics propose un Guide de la qualité de vie au travail expliquant les différentes étapes de la démarche QVT ainsi que les outils permettant de la mettre en place. 

Il existe aussi des guides réalisés par des organismes privés comme le Guide réalisé conjointement par la Mutuelle Chorum et le Groupe SOS

Enfin Pôle-emploi est également susceptible de vous prodiguer quelques conseils au sujet de votre démarche QVT.

Laisser un commentaire