Les syndicats ont pour rôle de défendre les intérêts communs d'un groupement de personnes (salariés, chômeurs, retraités, étudiants). 

Découvrez ici leurs missions, leurs rôles et qui sont ils ?

I. Le syndicalisme

Les syndicats permettent de nourrir le dialogue social entre les employeurs et les employés et de faire valoir des revendications par l'intermédiaire du délégué syndical. En effet, les organisations syndicales peuvent, sous conditions, constituer une section syndicale dans toutes les entreprises et désigner un délégué syndical ou un représentant de la section syndicale dans les entreprises d'au moins 50 salariés. 

Combien y-a-t-il de syndiqués en France ? 

Selon le ministère du Travail, le taux de syndicalisation en France, secteurs privé et public confondus, était de 11% en 2016. Mais, il reste une forte disparité entre le public et le privé avec un taux de 19,1% dans la fonction publique et de 8,4% dans le privé. Le taux de syndicalisation est resté stable depuis les années 1990 et il a commencé à diminué à la fin des années 1960. 

"11% des travailleurs sont syndiqués en France"

Les salariés sont de moins en moins syndiqués. Pourquoi un pourcentage si faible ?


Dans son rapport de mai 2016, le ministère du Travail rappelait que "la syndicalisation est associée à la stabilité de l'emploi" : plus le salarié est précaire, moins il sera engagé dans un syndicat. Ainsi, les évolutions du marché du travail ont pu jouer un rôle dans l'affaiblissement des syndicats. 

II. Le syndicat : histoire, définition, mission

1) Histoire du syndicalisme 

De l’interdiction des syndicats, à la naissance du droit de se syndiquer en 1884 en passant par les grandes réformes sociales de 1936, 1945 et 1968, les syndicats ont toujours été au centre des mutations de la société française.

1791 – 1871 : L’interdiction des syndicats

Les 2 et 17 mars 1791, le décret d’Allarde, qui supprime les corporations, est promulgué. Puis, la loi Le Chapelier du 14 juin 1791 interdit le droit de coalition des métiers et les grèves. 

1848 est la date d’adoption des mesures démocratiques et sociales après la révolution de février 1848 : proclamation de la liberté d'association, du suffrage universel, etc.

Le 25 mai 1864, la loi Ollivier opère suppression du délit de coalition et de grève. Cette loi met un terme à la Loi Le Chapelier. Les syndicats sont toujours interdits, mais en constituer un n'est plus considéré comme un délit.

En 1868, le gouvernement admet la création de chambres syndicales.

1884-1981 : L’apparition des syndicats

Le 21 mars 1884 la loi légalisant les syndicats professionnels à l’initiative de Pierre Waldeck-Rousseau est votée. 

En 1887, il est créé la Bourse du Travail de Paris et le Syndicat des employés du commerce et de l’industrie (SECI), syndicat chrétien, précurseur de la CFTC

Le rapport de force change avec la création de la Confédération générale du travail (CGT) en 1895, qui va accompagner, durant tout le XXe siècle, les batailles du mouvement ouvrier. C’est l’époque des grandes luttes sociales, avec les conquêtes de 1936 (salaires, congés payés, 40 heures, etc).

En 1906, la Charte d'Amiens est  adoptée au congrès de la CGT et marque le syndicalisme aujourd'hui, notamment par le fait qu'elle reflète l'indépendance du syndicalisme vis-à-vis des partis politiques.

De 1981 à aujourd’hui, avec les lois Auroux sur les 35 heures, la réforme du régime des retraites, les syndicats doivent s’adapter aux nouvelles formes de luttes. La création de syndicats de salariés en France est codifiée par les ​articles L. 2131-1 à L. 2131-6 du Code du travail.

les syndicats en france

2) Définition d'un syndicat

Un syndicat est en charge de défendre les droits et intérêts économiques et professionnels collectifs et individuels des salariés. 

Les syndicats, souvent organisés par branche d'activité, sont regroupés en fédérations sous la supervision d'une confédération au niveau national.  Ils sont composés d'un secrétaire général, de responsable syndicaux et de délégués syndicaux.

3) Missions et rôles

Les syndicats ont pour mission de faire des revendications, qui portent généralement sur les conditions de travail, les rémunérations et la protection sociale. Ils sont consultés par le gouvernement lors des réformes sociales comme le prévoit l'article L1 du Code du travail.

III. Le financement des syndicats

Les syndicats sont financés par les cotisations des adhérents et par la cotisation patronale au financement des organisations syndicales.

Des pistes sont réalisés pour changement ce mode financement. Par exemple, le gouvernement veut instaurer le chèque syndical. Plus d'informations sur cet ​article de l'express

IV. Les syndicats historiques et nouveaux

En France, il existe 8 principales organisations syndicales, à savoir 5 historiques et 3 nouveaux.  

1) Les 5 syndicats historiques

Ces 5 syndicats historiques sont reconnus représentatifs au niveau national et interprofessionnel. L'audience syndicale est réévalué tous les 4 ans : pour 2017/2020, leur poids est de 30,33% pour la CFDT, 28,56% pour la CGT, 17,93% pour la CGT-FO, 12,28% pour la CFE-CGC et 10,90% pour la CFTC.

2) Les nouveaux syndicats

Ces syndicats sont les plus récents et ne jouissent pas encore d'un poids officiellement reconnu.

Les médias mentionnent souvent la CGT, la CFDT, FO, la CFTC et l'Union syndicale solidaires (Sud). Ils sont présents dans tous les secteurs d'activités. 

Toutefois, il existe d'autre syndicats qui représentent des catégories particulières.


Par exemple, le patronat est représenté par le mouvement des entreprises de France (MEDEF) et les cadres sont représentés par la CFE-CGC. Aussi, l'union nationale des étudiants de France (Unef) représente les étudiants et le syndicat national des journalistes (SNJ) les journalistes. 

Listing des syndicats en France en 2019. Détails et Informations
4.6 (92.73%) 11 votes