La sieste au travail : intérêt et réglementation

Pas encore bien installée dans la culture d’entreprise des pays européens, la sieste au travail est pourtant bien ancrée dans des pays qui n’ont pas la réputation de délaisser la valeur travail.  

On peut citer notamment la Chine où la sieste au travail est un droit constitutionnel depuis 1948. Au Japon, il n’est pas rare que la sieste au travail soit obligatoire pour les salariés. Aux États-Unis enfin, les bénéfices de la “Power nap” sont largement reconnus. Alors quelles sont, en France, les règles en vigueur pour la sieste au travail entreprise ? Y a-t-il des inconvénients de la sieste au travail ? l'employeur peut-il interdire la sieste au travail ? Tour d'horizon de cette pratique qui gagne à être connue, en faisant tomber certains préjugés culturels.

sieste au bureau

Quelle est la réglementation de la sieste au travail ?

Sieste au travail entreprise : l'employeur peut-il l'interdire ?

Il n’existe en France aucun texte législatif ou réglementaire régissant la pratique de la sieste au travail en entreprise.  En l’absence de texte, les juges ont donc été amenés à se pencher sur la question.  

Globalement, on peut dire que les juridictions sont plutôt défavorables à la sieste sur le lieu de travail. Il est en effet compliqué de faire entrer la sieste dans le temps de travail dû à l’employeur.  

Par conséquent, la sieste est une pratique qui doit être mise en place avec l’aval de l’employeur. Lorsqu’un litige arrive devant les juges, c’est précisément que la pratique n’a pas été  mise en place de façon consensuelle. Lorsque les juges se prononcent sur la sieste au travail, c’est la plupart du temps pour savoir si la sieste sur le lieu de travail constitue une faute grave justifiant un licenciement.  

Les juges examinent alors différents critères :

  •  Est-ce la première fois que le salarié est surpris en train de dormir ?  

  •  Les temps de pause du salarié ont-ils bien été respectés ?  
  •  Quelles sont la fréquence et la durée des siestes ?

Il est à noter au passage que la preuve de la date et des durées des siestes incombe à l’employeur. 

Il ressort de la jurisprudence que rien n’empêche l’employeur d’interdire la sieste sur le lieu de travail dès lors que ses obligations (temps de pause, etc.) sont remplies. 

On voit dès lors que la sieste doit être mise en pratique avec l’accord de l’employeur.

Avantages de la sieste au travail

Les Intérêts de la pratique de la sieste sur le lieu de travail sont en réalité multiples. Une fois dissipée l’image “tire aux flancs” de la sieste au travail, en creusant, on s’aperçoit que la sieste a de nombreux bienfaits sur la productivité des salariés et sur leur santé. Il faut toutefois être vigilant pour éviter les  dérives potentielles et porter un soin particulier à la mise en place de la mesure.

Les avantages de la pratique de la sieste sont variés et importants. Une étude menée sur les pilotes de la NASA a démontré qu’une sieste d’une vingtaine de minutes améliore les performances de 34 % et la vigilance globale de 54 %. 

Une sieste de 15 min permet en effet d’éviter de piquer du nez pendant les deux heures qui suivent le déjeuner. 

En augmentant la vigilance des salariés, la sieste permet de faire diminuer significativement le risque d’accident du  travail.  Par la pause qu’elle octroie au salarié et le repos qu’elle lui confère, la sieste a, pour effet, de faire baisser le stress du salarié. 

En réduisant le stress, la sieste rabaisse ainsi le risque de maladie professionnelle telle que le burn-out. Elle baisse ce risque également en augmentant le temps de sommeil total du salarié.

Une étude menée sur 212 personnes est arrivée à la conclusion que la sieste est un bon moyen de faire baisser la tension artérielle. Selon l’étude pratiquer la sieste est aussi efficace que de réduire sa consommation de sel et d’alcool. 


Rappelons que l’hypertension est selon l’OMS la première cause évitable de maladie cardiovasculaire. 


Une étude réalisée par la très prestigieuse université de Harvard chiffre à 63 milliards de dollars annuels la perte liée à la fatigue des salariés aux États-Unis. 


 En France une étude IBET du cabinet Mozart consulting chiffre à 13 340 € annuels par salarié le coût du mal-être au travail. Dans cette somme 23 %, soit plus de 3000 € sont imputables aux accidents de travail, maladie professionnelle et absentéisme.

De quoi réfléchir…

 Par ailleurs la pratique de la sieste au travail est un réel facteur d’attractivité pour les salariés, car c’est un symbole fort d’engagement dans une démarche QVT (amélioration de la qulaité de vie au travail), plus que la mise en place de babyfoot. 

 Des entreprises florissantes, telles que Nike, Google, Procter & Gamble ou encore Apple encouragent leurs salariés à faire la sieste, alors pourquoi pas la vôtre ?

En résumé 

la sieste présente de nombreux avantages :

  • Elle augmente la performance et la vigilance des salariés
  • Elle réduit le stress des salariés
  • Elle réduit le risque d’accident du travail et de maladie professionnelle
  • Elle est un signe fort d’engagement pour la qualité de vie au travail (QVT)

Les inconvénients de la sieste au travail

Mettre en place une politique d’encouragement des salariés à faire la sieste présente de nombreux avantages, mais il faut être vigilant dans sa mise en place afin d’éviter certains écueils. 

En premier lieu, il faut privilégier la micro sieste de 15-20 minutes. Les siestes plus longues ont d’autres effets bénéfiques, mais le réveil est également plus long. 

Lors d’une micro sieste, on entre seulement dans un état de sommeil léger dont on sort facilement. 

La sieste plus longue peut avoir une meilleure incidence sur la santé et la créativité, mais elle est difficilement intégrable à la vie de l’entreprise. 

Par ailleurs, la pratique de la sieste peut aboutir à des abus chez certains salariés. Il est essentiel de bien réglementer la pratique de la sieste afin que l’entreprise et les salariés y trouvent leur compte. 

La sieste en entreprise peut aussi créer des tensions entre les adeptes de la sieste et les non-adeptes. Là encore, il faut bien ordonner la pratique de la sieste afin d’éviter ces frictions.  

sieste hamac entreprise

@Source   yemanja.io

Pourquoi et comment mettre en place une salle de sieste ?

Pourquoi créer une salle de sieste au travail ?

Globalement, les études s’accordent sur le fait que la sieste et particulièrement la micro sieste (15 - 20 min) sont bénéfiques pour la productivité du salarié et donc pour l’entreprise. 

Cependant, il est crucial de bien organiser et réglementer la pratique de la sieste au sein de l’entreprise afin d’éviter les tensions et les abus. 

C’est pourquoi il semble préférable de réserver un lieu qui sera uniquement dédié à la pratique de la sieste. Il ne faut pas que la salle de sieste soit considérée comme une salle de pause comme une autre. La tranquillité de chacun est ainsi respectée

Il convient de prendre toutes les mesures nécessaires à la prévention du harcèlement dans la salle de sieste. 

Comment bien mettre en place la sieste en entreprise ?

On l’a vu, les arguments en faveur de la sieste au travail sont nombreux. Une fois la décision d’encourager la pratique de la sieste prise, il faut veiller à bien faire les choses pour que la mise en place se passe bien.

En premier lieu, il faut que l’employeur et l’équipe de direction se prononcent clairement en faveur de la sieste. Culturellement, la sieste n’est pas très bien vue en France, malgré les bénéfices que l’on peut constater.

Aussi, la seule installation d’une salle de sieste ne suffit pas forcément à lever les verrous culturels. L’équipe de direction doit donc manifester positivement que la sieste est acceptée, en détaillant les bénéfices pour les salariés.

La sieste dans un open space n’étant pas aisée, il va falloir dédier un espace particulier à la sieste. 

Pour que la mesure soit efficace, il faut apporter un soin particulier au calme et au confort de la salle. Il faut également veiller à la sécurité des salariés dans cette pièce, et prévenir par exemple les risques de harcèlement. Lits ou canapés ou encore des sièges confortables, la sieste se pratique de diverses manières. Il peut être préférable de privilégier les fauteuils de relaxation confortables aux lits, car le lit risque de prolonger la sieste au-delà des 20 min souhaitées.

Il existe également un risque de friction entre les salariés souhaitant faire la sieste et ceux qui ne le voient pas d’un bon œil et associent la sieste à la paresse.


En effet si la sieste au travail est intégré à al culture dans de nombreuses régions du monde ce n'est pas encore le cas en france. Il convient donc de redoubler de pédagogie sur le but et l’intérêt pour les salariés comme pour l’entreprise de la pratique de la sieste.


Les tensions peuvent par ailleurs être exacerbées en cas d’abus de certains salariés. Pour éviter ces abus et la détérioration de l’ambiance de travail nuisible à l’entreprise comme aux salariés, il est vivement recommandé d’établir une charte qui devra être signée par les salariés. Le but de cette charte est d’édicter des règles claires, concernant le temps de sieste et ce qui est autorisé et interdit dans la salle de sieste au travail

Nos autres articles

49 Partages
Tweetez
Partagez49
Partagez